Avant de venir

Pour nous rejoindre, rien de plus simple. Commencez par téléphoner à Maurice Boniface ou Yveline Hertzler, pour indiquer que vous souhaitez venir. Ceci va nous permettre de vous accueillir dans les meilleures conditions. Par ailleurs, merci de noter que, pour des raisons d'organisation et de disponibilités des encadrants, nous demandons aux débutants de commencer de préférence courant septembre ou courant janvier. Vous constaterez rapidement qu'il est largement plus sympathique de commencer et travailler à plusieurs personnes de même niveau.

La première séance

Vous voici donc arrivé pour une première séance. Pour cette fois, ce sera un peu particulier puisqu'il s'agira simplement pour vous d'observer comment se déroule une séance, histoire de savoir si cela va vous convenir. Vous pouvez bien sûr nous poser des questions et autres compléments d'informations...
Durant la séance du samedi, une pause thé avec collation est prévue aux alentours de midi, n'hésitez pas à vous joindre à nous.

Le pied à l'étrier

Les séances suivantes, vous n'êtes pas encore obligés de porter la tenue de rigueur. Un tee-shirt blanc et pantalon de jogging (si possible foncé) feront l'affaire. Du moment que vous ne venez pas en rose fluo... Notez également que durant la pratique, le port de bijoux et autres piercings est proscrit.
Vous allez donc commencer à travailler les bases : la façon de se déplacer sur le dōjō, les différents étapes du tir... Ne vous inquiétez pas. Au début, pas d'arc, pas de flèches. Vous travaillerez avec un gomoyumi (une poignée d'arc avec un élastique). L'arc viendra au fur et à mesure de votre progression et de l'acquisition du geste.

C'est parti !

Quelques semaines ou mois après, une fois que les postures et les gestes de base sont suffisamment bien intégrés, vous allez pouvoir tirer vos premières flèches. Sous la surveillance d'un enseignant. Dans un premier temps à la makiwara, c'est à dire une cible de paille située à deux mètres. Lorsque votre tir sera stabilisé, et les déplacements sur le shajō acquis, c'est la mato, une cible de papier à vingt-huit mètres, qui vous attend. A partir de là, il vous reste à faire ce que l'on vous dit et c'est gagné pour le tir parfait. En théorie. En pratique, vous essayez de faire pour le mieux ce que vous croyez devoir faire (ou avez compris). C'est pour ça qu'à partir de maintenant, vous êtes partis pour quelques décennies. Bienvenue dans le Kyūdō !

Oui, mais moi, je suis pressé de tirer !

Quelques semaines, avant ses premières flèches, c'est trop long pour vous ? Il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise : ce sera pareil (ou pire) dans les autres associations. La bonne : il existe quand-même une solution pour aller plus vite. Il s'agit du stage organisé tous les étés à La Falaise Verte. Une semaine de pratique intensive, encadrée par des hauts gradés de notre fédération.

Le matériel

L'association dispose de matériel de prêt pour les débutants. Au bout de quelques mois, l'achat de la tenue (hakama, keikogi, obi et tabi) et de sa propre corde est à prévoir. Pour l'année suivante, il sera de bon ton d'investir dans un jeu de flèches, et un gant. L'arc est le dernier achat à faire, car le choix de sa puissance se fera en fonction de vos capacités et de votre façon de faire. Dans ce cas, les enseignants vous conseilleront en temps utile.